Peut-être que vous êtes passé à côté, mais le 16 décembre 2019, la ligue de Football italienne a diffusée son affiche de campagne de lutte contre le racisme.
Celle-ci représente trois singes maquillés :

Cette affiche arrive avec une série de mesures pour lutter contre le racisme dans le foot, un véritable problème dans les stades transalpins. Il y est malheureusement plutôt courant d’y entendre résonner des cris de singes parfois accompagnés de jets de bananes sur la pelouse. La ligue italienne a décidé d’intervenir pour éradiquer cet état de fait, de même que la ligue française essaie de faire arrêter les cris homophobes ici.
Et donc, pour illustrer la campagne, c’est le choix de cette affiche qui a été fait, composée de trois peintures réalisées par l’artiste italien Simone Fugazzotto. Celle-ci représente des singes donc. Le lien semble évident… sauf que c’est là le problème. Jamais une campagne de lutte contre le racisme n’a mis en exergue l’insulte elle-même, en tout cas pas comme ça, sans contextualisation.“On traite les joueurs de singes ? Alors on va montrer des singes !”, ça n’a clairement aucun sens.

L’artiste défend son œuvre ainsi : “Avec ce triptyque, j’ai essayé de raconter que nous sommes des créatures complexes et passionnantes, que nous pouvons être tristes ou heureux, catholiques, musulmans ou bouddhistes, mais qu’au fond, ce qui détermine ce que nous sommes, ce sont nos actions et pas la couleur de notre peau.
Alors, sans doute. Sauf qu’aucun des singes ne portent les symboles dont il fait question. En terme de “tous égaux”, on a connu plus clair. En y regardant de plus près, on peut effectivement deviner de légères expressions sur les visages, mais ceux-ci ont été coupé au montage de l’affiche…

Je ne doute pas que l’idée derrière soit évidemment de lutter contre le racisme, et que l’artiste est de bonne foi. L’artiste est connu pour peindre principalement et presque exclusivement des singes. On ne lui a pas commandé de peindre des singes pour illustrer le racisme ! Ouf !

Où est le problème alors, outre que les singes sont loin de montrer la diversité et le multiculturalisme dont leur réclame leur auteur ? C’est que l’affiche manque d’explication. Il y a juste marqué “NON AU RACISME” en haut, et trois visages de singes peinturlurés. Comme ça, le message semble ironique.
Une des premières choses que l’on apprend dans la publicité, c’est qu’une affiche est une mauvaise affiche si elle a besoin d’être expliquée. Et c’est le cas ici. Ils ont voulu faire un visual concept, une image sans légende. Sauf que celle-ci en avait besoin pour en comprendre le sens. D’où l’intérêt d’avoir une accroche lorsque le visuel, comme ici, ne se suffit pas à lui-même. Un simple phrase comme “Singe n’est pas une insulte”, “On vient tous d’Afrique” ou encore “Pas en mon nom” (désolé, je ne suis pas concepteur rédacteur) aurait pu suffire à désamorcer la polémique.

Enfin, le plus simple aurait encore été de ne pas en créer, et de ne pas utiliser de visuel de singes pour illustrer le racisme…

Jean-Côme

Leave A Reply