Il y a toujours beaucoup de gens qui critiquent la publicité pour ses retouches photos. À tel point que cela a été jugé publicité mensongère, et que la loi oblige désormais à indiquer “photo retouchée” dans les mentions légales. Une aberration, car par définition, toute photo utilisée à destination du grand public est retouchée, que ce soient les photos de mode, de cosmétique, de nourriture ou de nature. N’importe quel packshot est retouché, n’importe quelle photo est améliorée.

Et tout le monde le sait. Depuis longtemps. Alors pourquoi préciser qu’une photo est retouchée, et ce, uniquement lorsqu’il s’agit de beauté ?

En marge de ce débat, on entend beaucoup de “C’était mieux avant photoshop, on avait de vraies photos !

Alors, désolé, mais non, nous n’avons, littéralement, JAMAIS vu de photos bruts dans notre espace public. Et pour cause, les retouches photos existent depuis que la photo existe, les deux sont nés en même temps. Les premières retouches photos remontent aux années 40. Non non, pas 1940, mais 1840 !

Les premières retouches photographiques historiques

Les premières retouches sont réalisées par des artistes, créant des illusions en superposant divers négatifs, mais la retouche a très vite été utilisée par les politiciens par exemple.
Notamment, ce célébrissime portrait d’Abraham Lincoln. On le connaît tous, et pourtant, il s’agit d’une retouche datant de 1860 ! On a mit la tête du 16e Président des USA sur le corps d’un autre homme politique : John Calhoun.

Dans la même veine, nous avons ici Staline qui a fait effacer de sa photo Nikolaï Lejov, le commissaire du peuple aux affaires intérieures, qui a perdu l’estime et la confiance du dictateur. Cette retouche date de 1930.

Mao Zedong fera pareil mais également A. Hitler qui fit supprimer le terrible et détestable J. Goebbels de cette photo datant de 1937 :

Alors vous vous dites que, oui, il y avait des retouches mais elles étaient moins puériles que de nos jours.
QUE NENNI !
La retouche “beauté” est née en même temps !

Les retouches beautés : la vanité humaine

De tout temps, l’Humain a essayé de s’adoniser sur ses représentations. Car oui, si jamais vous l’ignorez également, les tableaux des Grands Maîtres, sont des représentations “photoshopées” de nos monarques. Et dès l’apparition de la photo, les retouches ont eu pour but de rendre les modèles plus beaux.

Vous ne vous êtes jamais arrêté sur ces photos des stars Hollywoodiennes des années 20, 30 et 40, en vous demandant comment diable ils faisaient pour avoir une peau si parfaite ? Les photos de ses années là nous laissent à croire que les comédons, les pores et les ridules sont des inventions modernes.

Regardez moi cette Michèle Morgan de 1938, ce Marlon Brando de 1940, cette Marlène Dietrich de 1935, ce Montgomery Clift de 1944, cette Colette de 1910 (par Henri Manuel) ou encore ce pimpant jeune homme seulement identifié C.H.P., datant de 1910. Cette peau incroyable, ces visages parfaits… pure illusion !

En réalité, dès le début de la photo, les modèles ont été lissés et embellis. À l’époque, on grattait et on peignait à même le négatif pour le modifier ! Un travail de titan ! S’il est difficile de trouver des photos avant-après, nous avons à disposition celle-ci, de l’actrice Joan Crawford, datant de 1931. Le photographe George Hurrell l’a photographiée pour la sortie du film Langhing Sinners. Il confia la retouche à James Sharp, qui passa 6 heures à retoucher manuellement la photo ! Chapeau l’artiste !

Dès 1909, on pouvait trouver des manuels qui expliquent comment pratiquer la retouche photo.

Ainsi, on a cette dame, que l’on mincit :

Cet homme à qui on lisse la peau :

Cette femme que l’on mincit et retouche la peau (les épaules fonctionnelles et les clavicules, apparement c’était quelque chose de jugé disgracieux, allez savoir…) :

Cet homme à qui l’on remet l’œil dans le bon axe :

Ou encore cette dame a qui on efface un double menton :

Alors oui, instagram n’est pas la réalité, les filtres c’est de la triche, les photos de la publicité sont toutes retouchées… mais rendez-vous à l’évidence : nous n’avons jamais vu de représentations réalistes depuis les peintures de Lascaux à nos jours, l’Humain a toujours essayé de rendre le réel plus beau.

Bonus : le soft focus

Si la photographie a toujours été retouchée, il en est de même pour le cinéma. Dès les premiers films, on utilisait la technique du “soft focus” qui donne se caché si particulier au vieux film, ce flou étrangement vaporeux. On pouvait jouer avec l’objectif, de faire, par exemple, la mise au point un peu plus proche ou loin de ce que l’on filme, créant ce léger flou. Mais surtout, pour avoir cet aspect soyeux, on plaçait un filtre directement devant l’objectif : une pièce de plastique translucide ou une très fine couche de vaseline, dépendamment de la préférence du réalisateur. C’est ce qui donne cet aspect éthéré, comme un rêve aux contours qui semblent se dissoudre. Souvent, les yeux étaient épargnés pour garder un regard intense !

De nos jours, avec l’ultra HD et le 4K, je vous avoue que je regrette parfois cette époque… quel enfer chez mes parents, quand ils regardent les infos, de voir sur leur grand écran les pores de Jean Pierre Pernaud ! Le monde est devenu bien plus laid…








Jean-Côme

Leave A Reply